Pour évoluer, devenir Manager n’est pas ta seule option

Avr 23, 2020

 

Il y a pleins d’injonctions qui, disons-le franchement, me pompent l’air ! Par exemple, je déteste entendre dire que parler de ses échecs est mal vu. Ou que le Recrutement est considéré comme le parent pauvre des RH. Bref, ce genre de choses. Et s’il y en a bien une qui a la palme d’or, c’est cette idée que pour réussir, il faut devenir Manager 😤. Dans cet article, je t’explique pourquoi c’est loin d’être une obligation et que d’autres évolutions existent. Petit bonus, je te raconterais aussi comment je me suis plantée sur un poste de Responsable Recrutement 🎁.

🙋🏻 Tu es manager et fier de l’être ? Ce que tu dois comprendre avant de lire la suite

👋🏻 Hello à toi qui est déjà responsable de ton équipe, qui fait ce métier par passion, qui applique les préceptes pour être un manager bienveillant ! Cet article n’a en aucun cas la vocation de dénigrer ton job ou de dire que c’est mal de vouloir devenir manager. Simplement, là où toi tu t’éclates et tu t’épanouis, d’autres se perdent, échouent voire s’oublient parce qu’ils sont persuadés que c’est la seule voie qui compte.

Tu vois, je suis juste convaincue que tout le monde n’est pas fait pour exercer cette fonction (1), que certaines personnes sont parachutées sur un poste d’encadrement sans en avoir eu réellement envie (2) et que d’autres peuvent se lancer dans la course à la promotion parce qu’elles sont convaincues que c’est le St Graal et se planter (3). C’est de ça dont il est question ici. Juste de ça. Alors, continue de bien faire ton job et d’y mettre tout ton 💛, on a besoin de gens comme toi, et puis j’espère que ce billet te plaira !

⭐️ Devenir manager, ou une certaine idée de la réussite

Dans l’esprit collectif, gravir les échelons, décrocher un poste à responsabilités, devenir le boss, est un idéal à atteindre 🚀. Un peu comme si c’était LA seule suite logique. Tu apprends un nouveau métier, tu montes en compétences, tu deviens à l’aise sur certains sujets, tu proposes des choses et hop, te voilà calife à la place du calife ! Je ne sais pas pour toi, mais moi j’ai grandi dans des schémas de pensées ou faire des études, avoir un vrai travail, avoir une situation stable, obtenir une promotion, était ce qui comptait pour dire “j’ai réussi” ✅(merci papa et maman 😅). Avec les années, j’ai intégré ces messages, ils m’ont façonné, et ils ont participé à la construction de mon idéal de vie professionnelle.

Aujourd’hui, plusieurs études montrent que manager n’est plus un poste qui fait rêver (Source : Etude BCG / IPSOS 2019). Le ratio emmerdes / récompenses est moins profitable. Un grand nombre de dirigeants révèlent qu’ils passent davantage de temps à gérer des complications qu’à réellement créer de la valeur. Ultra sollicités, sans vision claire de ce qu’on attend d’eux, et stressés, voilà un tableau qui ne fait pas rêver. Sans compter que plus globalement, manager est une profession qui ne fait plus sens.

🤔 Quelles options si tu ne veux pas devenir manager ?

Rassure-toi, il y en a pleins 👍🏻 !

Aujourd’hui, tout le monde peut inventer son parcours professionnel. Y compris dans le Recrutement car c’est un métier qui se démocratise et se spécialise de plus en plus 💪🏻. Avant, grossomodo, tu devenais “chargé de recrutement” et puis, ton poste évoluait avec ton nombre d’années d’expérience : junior, confirmé, senior, jusqu’à prendre la tête d’une équipe. Tu ne devenais pas forcément chef par mérite ou talent, mais simplement parce que tu cochais toutes les cases. De la même façon, tu n’acceptais pas nécessairement le poste de manager par vocation mais parce que ça te permettait de gagner en salaire et que ça flattait ton égo.

Même si ces schémas classiques d’évolution existent encore, il y a des nouveautés.

➡️ Tu as par exemple des personnes qui se spécialisent sur la partie sourcing, avec de vrais métiers associés. De la même façon, tu as des spécialistes de la partie closing / onboarding. Laurent Brouat, de L’Ecole du Recrutement, parle aussi de RecOps chargé d’optimiser un processus de recrutement. Car oui, on peut aimer faire du recrutement mais exceller dans un domaine bien particulier de cette profession.

➡️ Autre option, tu peux t’émanciper, devenir Freelance, et dans ce cas, être ton propre boss. Ici, on oublie totalement le management puisque tu gères seul ton business. De plus en plus de recruteurs sautent le pas en se rendant compte que les organisations actuelles (ESN, Startup, Cabinet…) ne correspondent pas à leurs attentes. D’ailleurs, si c’est dans tes projets mais que tu ne sais absolument pas par où commencer, je ne peux que te conseiller de jeter un oeil au site Happy Recruteur d’Amélie Arnaud qui te donne tous les tips / astuces / retours d’expérience dont tu auras besoin. Elle peut également t’accompagner en direct dans tes démarches.

➡️ Bien sûr, tu as aussi la solution de diversifier tes activités. Je vois de plus en plus de recruteurs qui ont une double casquette : recruteur / community manager, chargé de communication, ou encore chargé de formation. Tu as aussi le cas de figure du recruteur développe une autre activité en micro entreprise (en cumul d’activité). L’objectif ?  Se réaliser sur des activités complémentaires à son métier de base en autonomie.

Le jour où je me suis plantée sur un poste de Responsable Recrutement

Moi aussi, j’ai longtemps été convaincue qu’être à la tête d’une équipe, c’était mon projet. Du moins, la suite logique, l’aboutissement de quelque chose. Tu vois, j’en parlais plus haut avec les schémas de pensées familiaux, hérités de mes parents. Sincèrement, j’étais persuadée de vouloir cette évolution.

Autant dire qu’une fois en poste, j’ai été très déçue par la réalité 🙄. Je m’étais faite une fausse idée de ce poste idéal et de la façon dont j’allais l’incarner. Quand j’ai accepté de relever le défi, je voulais être un manager “coach“, qui apporterait conseils et motivation aux autres pour donner le meilleur. Faire partie d’une équipe, être à l’écoute, disponible, bienveillante étaient mes priorités. J’imaginais que mon rôle serait clair, tant pour moi que pour les autres. Et bien, ça ne s’est pas réellement passé comme ça.

Pour te donner quelques éléments de contexte : j’ai pris la responsabilité d’une équipe d’une dizaine de personnes, dont la majorité étaient à distance. Je prenais un poste vacant, laissé à l’abandon depuis plus de 3 mois. Chacun avait pris des habitudes, et personne ne souhaitait vraiment que ça change. La communication autour de mon arrivée et surtout de mon rôle, de la part de la Direction, fut quasi inexistante. Je me souviens encore avoir dû expliquer, ré-expliquer, encore et encore, à toute l’équipe de proximité quel seraient concrètement mes missions 😅. “T’es sûre ?” me disait-on, “Non parce que Micheline qui était là avant, elle faisait pas ça“. Déstabilisant et un peu effrayant à vrai dire.

L’autre limite du poste de “Responsable” (et je ne l’avais pas vu venir), c’est que je n’étais pas DANS l’équipe. En réalité, je me suis surtout sentie très seule. C’est simple, dès que je prenais une décision, tous mes choix étaient décortiqués et discutés. Mon enthousiasme et mon énergie se sont vite essoufflés. Du coup, j’ai eu l’impression d’être dans la justification permanente de mes actions. Pourquoi tel choix ? telle réunion ? tel message ? Novice dans l’exercice, je souhaitais remporter l’adhésion de toute l’équipe. Et c’était bien plus difficile que ce que j’aurais imaginé.

Au final, j’en suis arrivée à la conclusion que ce poste n’était pas fait pour moi et que je n’étais pas faite pour lui. Bien sûr, j’aurais pu m’accrocher, persévérer, chercher davantage à apprendre et à me faire violence pour devenir quelqu’un que je ne suis pas, et que je ne veux pas être. Tu t’en doutes, ce n’est pas le chemin que j’ai suivi 👋🏻. Je ne te conseille pas de suivre cet exemple car mon cas n’est pas une généralité. En revanche, ce que je peux te suggérer c’est de t’écouter et de te faire confiance. Si tu ne te sens pas épanouie sur un poste et que tu es convaincue au fond de toi que ça n’est pas ta place, alors, il est temps de passer à l’action ⭐️.

Se tromper, l’accepter et rebondir

Etre manager est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Personnellement, j’ai tenté l’aventure, ce fut un échec. C’est déjà une étape de s’en rendre compte, ensuite, il faut analyser le pourquoi du comment, prendre ses responsabilités et aller de l’avant 🎢!

Si tu te plantes, voici quelques conseils pour tirer le meilleur de cette épreuve :

  • Fais le bilan pour comprendre ce qui n’a pas fonctionné
  • Ne te culpabilise pas
  • Ne te compare pas aux autres
  • Détermine quel est ton vrai rêve
  • Entoure toi de personnes positives et bienveillantes

➡️ La partie “BILAN” (analyse des causes internes et externes) est vraiment essentielle pour prendre du recul et de la hauteur. Tout n’est pas entièrement de TA faute, ni de celle de l’entreprise qui t’a promu. Généralement, c’est une accumulation de facteurs qui font que ça ne matche pas ❌. L’idée ici c’est de réfléchir à froid et de lister les éléments qui ont joué un rôle dans cet échec. Tu dois rester objectif et humble car, bien sûr, tu as ta part de responsabilité.

➡️ Je te conseille également d’éviter de généraliser (et donc de te culpabiliser). Ce n’est pas parce que tu as échoué dans un domaine particulier que tu es mauvais dans tout, ou que tu ne pourras jamais réessayer plus tard ou dans d’autres circonstances si manager est vraiment ton rêve ultime. Tu n’es peut-être pas fait pour manager une grosse équipe à distance. Ok c’est un fait. Mais, tu pourrais être excellent sur un poste de management de proximité sur une équipe réduite. Tu saisis la nuance ?

➡️ Enfin, savais-tu que tu es la moyenne des 5 personnes avec qui tu passes le plus de temps ? C’est Jim Rohn, un célèbre conférencier en développement personnel qui le dit. Quand tu sors d’un échec professionnel, tu as besoin de te poser pour analyser et comprendre. Puis, tu vas vouloir rebondir et te lancer de nouveaux défis. Si ton entourage est négatif, il y a de grandes chances que tu te laisses influencer. C’est aussi vrai si tu t’entoures de personnes positives et bienveillantes qui t’aideront à repartir dans la bonne direction 🍀.


Devenir manager n’est pas une fin en soi, et ça n’est pas la seule option pour toi d’évoluer. Certaines personnes en rêvent et s’épanouissent sur ce type de poste. C’est top pour elles mais ça ne veut pas dire que ça doit être ton objectif à toi 🎯. Tu peux te spécialiser, te diversifier, de lancer en solo, bref, à toi de voir ce qui est le mieux pour la suite TON parcours. 

Tout le monde ne fait pas le même rêve et c’est tant mieux !

Cet article t'as plu ?

Dis le avec des 💛

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de votes 35

Pas encore de note, sois le 1er !

.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares