Etre un Bisounours en ESN : challenge accepted đŸ»

FĂ©v 6, 2020

 

Etre recruteur en ESN, tu te dis : pas facile ! Alors si en + le recruteur est un bisounours (comprends par lĂ , un gentil), dans un monde de requins, c’est mission impossible. Pourtant, c’est mon quotidien depuis 10 ans. On en parle ?

🩈 Il y a ESN et ESN

Attention, j’enfonce une porte ouverte : toutes les ESN ne se ressemblent pas. Et j’irais mĂȘme plus loin, au sein d’une mĂȘme ESN, selon l’agence, le service et d’autres paramĂštres (ton manager direct, ton N+2, etc.), l’expĂ©rience ne sera pas la mĂȘme. Alors, dĂ©tends-toi, mon propos n’est pas de dire que les ESN ont Ă©tĂ© mal jugĂ©es et que ce que tu entends (“boucherie”, “abattage”), n’est pas fondĂ©. Il n’y a pas de fumĂ©e sans feu et des dĂ©rapages, des erreurs, il y en a, mais les situations difficiles peuvent se rencontrer partout. Pas seulement en ESN.

Je ne peux que te parler de ma propre expérience et te donner une vision de recruteur.

En ESN, le recruteur n’est pas dĂ©cisionnaire et, la plupart du temps, il n’est pas valorisĂ©. Tu entendras souvent que “le recrutement est le nerf de la guerre” et que la “politique d’attraction des talents” est une prioritĂ©. Pour autant, tu rencontreras encore trop peu d’ESN qui valorisent leurs recruteurs et qui les placent au coeur de leur stratĂ©gie.

đŸ€čđŸ»â€â™€ïž Que fait un recruteur en ESN ?

Sur mes 10 annĂ©es de recruteuse en ESN, j’ai connu plusieurs modĂšles. Celui oĂč j’ai Ă©tĂ© rattachĂ©e Ă  une direction du recrutement (avec un directeur du recrutement) et celui oĂč j’ai Ă©tĂ© rattachĂ©e Ă  une direction opĂ©rationnelle (un directeur d’agence).

Peu importe le modĂšle hiĂ©rarchique, le recruteur travaille toujours en binĂŽme avec un commercial, un ingĂ©nieur d’affaires, un business manager, un manager (bref, appelle le comme tu veux, c’est celui qui gĂšre la relation commerciale avec les clients externes). Pour faire simple, le commercial apporte les besoins et le recruteur doit amener le bon profil (qui correspondant au besoin). Matching.

Le recruteur doit apporter des solutions au commercial. Et quand je dis solutions, j’entends candidats. Il faut aussi comprendre que le commercial reprĂ©sente le BUSINESS. En clair, il ramĂšne de l’argent, alors que toi, recruteur, tu es encore (Ă  tord, et encore trop souvent) considĂ©rĂ© comme un centre de coĂ»t.

Selon le degrĂ© d’autonomie, tu pourras effectuer tout ou une partie du processus de recrutement.

âžĄïž J’ai connu le modĂšle oĂč je ne gĂ©rais que la partie amont, Ă  savoir rĂ©cupĂ©rer les besoins, sourcer les candidats, les contacter, planifier des entretiens. Point.

âžĄïž J’ai aussi connu le modĂšle oĂč je gĂ©rais le processus de A Ă  Z. A la phase amont s’ajoutait la partie entretien RH (Ă©valuation) + compte rendu d’entretien, proposition d’embauche, contrat de travail, onboarding du candidat voire point d’intĂ©gration Ă  l’issu de la pĂ©riode d’essai.

✅ C’est dans ce 2Ăšme cas de figure que j’ai appris le + de choses. Par exemple sur la façon de mener un entretien, de gĂ©rer un processus de recrutement, donner un feedback Ă  son manager, faire un retour d’entretien au candidat, apprendre Ă  positionner le candidat sur des “grilles internes” (par rapport Ă  une convention collective, par rapport aux autres collaborateurs, par rapport au salaire …), Ă  rĂ©aliser une proposition d’embauche et Ă  nĂ©gocier aussi, Ă  bien intĂ©grer et suivre un candidat qui devient un collaborateur.

🎰 Parlons chiffres et mĂ©triques

Il faut savoir qu’en ESN (mais pas que), tu dois remonter Ă  ta hiĂ©rarchie un reporting (gĂ©nĂ©ralement hebdomadaire) pour suivre l’avancĂ©e du processus. Les donnĂ©es sont assez basiques, c’est le fameux principe de l’entonnoir :

  • Combien de CV sourcĂ©s ?
  • Combien de CV validĂ©s ?
  • Combien de personnes contactĂ©es ?
  • Combien d’entretiens rĂ©alisĂ©s ?
  • Combien de propositions d’embauches ?
  • Combien de contrats signĂ©s ?

Selon les objectifs qui te sont assignés, tu auras probablement des quotas à respecter.

âžĄïž J’ai connu un modĂšle oĂč le nombre d’entretiens dĂ©pendait du nombre de commerciaux avec lesquels je travaillais. En l’occurence, je devais planifier 5 entretiens / semaine / commercial. Avec 4 commerciaux, je tournais sur un minimum de 20 entretiens / semaine. C’Ă©tait il y a longtemps et le marchĂ© Ă©tait moins pĂ©nurique qu’aujourd’hui 😅!

Le risque c’est de tomber dans le travers de faire du chiffre pour faire du chiffre. La quantitĂ© au dĂ©triment de la qualitĂ©. Le truc c’est qu’en bon petit soldat, tu auras envie de bien faire, d’atteindre tes objectifs et tu ne seras peut ĂȘtre pas toujours en phase avec cette politique. Fort heureusement, avec un marchĂ© oĂč les candidats ont le pouvoir, les pratiques Ă©voluent et les recruteurs misent davantage sur la qualitĂ©.

🩄 Qui veux-tu ĂȘtre vraiment ?

L’objectif de cet article est de te dire que oui on peut ĂȘtre un bon recruteur, avec des valeurs fortes (empathie, Ă©coute, bienveillance, optimisme …) et travailler en ESN. Il faut arrĂȘter de stigmatiser ce genre d’entreprises. De plus en plus d’ESN entrent dans un modĂšle diffĂ©rent, et je ne parle pas simplement de discours marketing pour faire bien. Je parle de changement en profondeur oĂč les recruteurs sont considĂ©rĂ©s, valorisĂ©s et Ă©coutĂ©s. C’est sĂ»r, ça ne plait pas Ă  tout le monde et certains se montrent rĂ©fractaires au changement.

Selon l’ESN que tu rejoins, tu pourras avoir l’impression d’ĂȘtre broyĂ© sous un rouleur compresseur tant le systĂšme et les processus sont forts. Ce que tu dois te demander, c’est : “Quel recruteur ai-je envie d’ĂȘtre ? Puis-je ĂȘtre moi-mĂȘme ?

A mes dĂ©buts, j’Ă©tais loin d’ĂȘtre une recruteuse exemplaire. Des erreurs, j’en ai fait des tas, et quand j’y pense, je n’en suis pas fiĂšre ! Encore aujourd’hui, je me remets en question pour faire Ă©voluer mes pratiques vis Ă  vis des candidats, vis Ă  vis de mes managers, vis Ă  vis de mes homologues. Ce qui a fait la diffĂ©rence ? A un moment donnĂ©, j’ai pris conscience que je pouvais ĂȘtre moi-mĂȘme en entreprise, sans porter de masque, sans filtrer ma personnalitĂ©.

C’est un fait, je suis une gentille. Pour autant, le chiffre pour le chiffre, je n’adhĂšre pas. Chercher des profils sur la base de 3 mots clĂ©s sans comprendre le projet, je n’adhĂšre pas. Etre le larbin du commercial, je n’adhĂšre pas. Cela ne m’empĂȘche pas d’ĂȘtre impliquĂ©e, sĂ©rieuse, investie et de remplir mes objectifs. Seulement, je le fais avec intĂ©gritĂ© et authenticitĂ©.

Soyez fier de qui vous ĂȘtes et de ce que vous faites. Que ce soit en ESN, ou ailleurs !

Autre ressource Ă  consulter sur le sujet :

Cet article t'as plu ?

Dis le avec des 💛

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de votes 8

Pas encore de note, sois le 1er !

.

2 Commentaires

  1. Amélie ARNAUD

    Bonjour BĂ©rangĂšre,
    Merci pour ce super article qui parle de douceur et d’ESN. Combinaison rare dans le milieu 😉
    Ton blog est super !

    RĂ©ponse
    • Happy_Recruteuse

      Hello Amélie !
      Merci pour ton retour trùs positif sur cet article 🙂
      Et oui, on dit souvent que les recruteurs en ESN sont des requins car c’est le milieu qui veut ça. Non, pas nĂ©cessairement.
      Ravie que le blog te plaise.

      RĂ©ponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares